Gestion de la Province et des diocèses de la Province de Bordeaux, dans le jeu en ligne Les Royaumes Renaissants.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Vous souhaitez rencontrer l'archevêque ? C'est Ici [HRP]Forum officiel secondaire[/HRP]
Vous voulez savoir qui s'occupe de votre paroisse ? C'est Ici
Si vous avez des soucis avec la barre d'ascenseur lors de la création/édition/citation d'un post, passez sous firefox; le soucis vient d'IE.

Partagez | 
 

 3.d. Les Funérailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maximinus
Evêque de Poitiers
Evêque de Poitiers
avatar

Nombre de messages : 2139
Age : 34
Localisation : Niort
Fonction : Evêque de Poitiers, Vicaire Général de Bordeaux
Date d'inscription : 17/01/2011

Caractéristiques
Charisme:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Armes: Aucune arme

MessageSujet: 3.d. Les Funérailles    Mer 4 Fév - 9:15

Les funérailles


I - Informations


Le sacrement des Funérailles consiste principalement à rendre un ultime hommage au décédé, et ensevelir son corps. Tout être humain étant essentiellement composé d'eau et de terre est naturellement attiré par le centre de la Terre. Ceci ne le fera pas rejoindre le paradis, car seule l'âme s'élévera et rejoindra soit les Enfers Lunaires, soit le Paradis Solaire, mais là n'est pas la question, car seul Dieu nous jugera à l'heure de notre mort, comme il est dit dans le credo.


    A) Au point de vue Canonique


  • Tout d'abord, afin d'éviter les bourdes, il faut savoir que seul un fidèle ou bien croyant peut recevoir ce sacrement. Les morts par suicide, ou bien les hétérodoxes, schismatiques et caetera ne peuvent pas être enterrés selon le rite aristotélicien. De plus, il est fortement conseillé d'attendre l'éradication avant de procéder à l'office.



  • Ensuite, tout clerc peut être habilité à donner ce sacrement, qu'il soit diacre, curé, évêque ou encore pape. Il se doit juste de respecter ce qui est donné comme le rite modèle pour ce sacrement et demander l'autorisation à l'évêque du diocèse où aura lieu la cérémonie. De plus, en cas de décès d'un évêque, c'est l'assemblée épiscopale qui donne son accord, et la curie pour un cardinal.



  • Quelques précisions, tout d'abord, dès enterré, si la personne réapparaît, ceci ne serait autre chose qu'un subterfuge, une mauvaise blague à laquelle il ne vaut mieux pas se mêler et prévenir illico presto la congrégation de la Sainte Inquisition ou bien votre supérieur direct. De plus, en cas de mariage, les funérailles mettent fin à l'union qui permet un remariage après un deuil - qui est préférable à une nouvelle union juste après le décès-.


    B) Au point de vue Dogmatique


  • Comme dit précédemment, tout être humain constitué d'eau et de terre est irrévocablement attiré par le centre de la Terre. Les funérailles comblent cet attirement. L'esprit - ou âme - revêt après son jugement un nouveau corps à l'image de la vie qu'il a eu, comme nous le savons bien. ( Pour plus de précisions, relisez votre cours sur l'Eclipse )


  • De nombreux points, au cours de l'office, rappelleront imanquablement le rite aristotélicien, tel que l'eau projetée dans la tombe, sur le cercueil est en rapport avec celle du baptême. Libre à vous de réfléchir à propos de cela, y associant des parcelles de vie d'un Aristotélicien.



II - Cérémonie type



    1. ARRIVEE A L'EGLISE
A ce moment là, le cercueil ( ouvert) est amené devant l'autel (éventuellement porté par des proches), le prêtre se trouve sur le parvis et psalmodie :

Citation :
Le prêtre :Après tous nos regards qui ont croisé le sien, qu’il puisse enfin voir le tiens seigneur.
Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Le prêtre
: Après l’amitié qu’il a reçu et qui a guidé sa vie, accorde lui l’amitié ultime qu’et la tienne Seigneur.

Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Le prêtre : Après les peines et les larmes qui ont obscurci sa vie, illumine sa route pour l’éternité.
Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Le prêtre : Seigneur, nous tournons vers toi nos espoirs à l’heure où disparaît le corps de l’ami qui nous est cher.
Accorde-nous l’espérance de le revoir auprès de Toi pour les siècles des siècles.


Tous : Amen


    2. LES QUATRE SIGNES

Après être entré dans l'église, le cercueil est déposé devant l'autel, on peut déposer des fleurs et des cierges autour, une petite corbeille est laissée à l'entrée afin de reccueillir les dons pour les mendiants.
Après un court accueil, l'officiant procède aux quatre signes, qui sont :


    Le signe de la lumière


Les cierges autour du cercueil sont allumés en silence


Le prêtre : "L’Amitié est la lumière du monde c’est la flamme qui réchauffe notre cœur.
Quelle éclaire maintenant la route de < Nom du défunt > qui le/la conduit maintenant au Royaume de Dieu !"



    Le signe de la foi


Le prêtre
: "< Nom du défunt >, nous déposons cette croix aristotélicienne sur ton cercueil.
Cette croix est le signe qui relie Aristote et le Christ, qu'elle soit pour toi signe de salut et de vie éternelle".



    Le signe des amis


L’un des amis du défunt apporte la corbeille de l’amitié

Le prêtre
: "< Nom du défunt >,nous déposons ces présent sur ton cercueil, signe de notre amitié, signe de notre prière, signe de notre cœur".


    Le signe de la mémoire


Ici, vous pouvez vous-même rédiger votre propre déclaration, mais inspirez vous de ceci :

Prêtre : "Cet enterrement nous rappelle plusieurs choses :
- Le souvenir d'un Ami aristotélicien qui vient de nous quitter. D'un homme/d'une femme qui avait une histoire, unique, avec Dieu. Qui était entouré de tendresse par Dieu. Qui a fait, ou non, l'expérience de cette tendresse.
Nous voici nombreux dans cette chapelle, autour de < Nom du défunt >, pour prendre conscience de ce lien d'amour qui l'a toujours uni Dieu, qui unit Dieu à chacun de nous, à tout instant.
- La mort viendra pour chacun de nous. pour les uns tôt, pour les autres plus tard. Pour les uns dans leur jeunesse, pour d'autres dans leur vieillesse.
Le Seigneur nous prévient : "Soyez prêts, soyez toujours prêts car vous ne savez ni le jour ni l'heure".
Aristote nous a guidé et Christos nous invite à prendre exemple sur lui, à trouver notre joie à vivre pour les autres, à aimer comme ils nous ont aimés.
Notre présence ici est prière. Nous invoquons Aristote qu’il mesure les péchés de notre frère/soeur et que Christos intercède auprès du seigneur pour qu’il le reçoive en son Paradis.




    3. CONFESSION

elle est d'autant plus importante dans cette cérémonie qui doit parler de la mort et du Jugement Dernier


    4. LECTURE

Ici, un ami ou bien l'officiant lit un texte en rapport avec la mort et ce qui s'en suit. Evitez de prendre un vieux texte qui plombe le moral, pensez aux proches. Ceux que je saurais vous conseiller seraient par exemple quelques parties de L'Eclipse, à propos du paradis, ou bien encore de La Fin des Temps, partie IV, à propos du jugement, bien que celui-ci soit nettement moins joyeux. Si vous préférez un texte à propos de vies exemplaires, prenez par exemple le passage d'une hagiographie et poursuivez avec un court sermon à propos de la vertu et de la Foi, qui mènent au Paradis Solaire.



    5. INTERVENTION DE CEUX LE DESIRANT

Ici, les amis du défunt peuvent parler de lui, dire ce qu'il a fait, ce qu'il a été, ses qualités... Ou n'importe quoi d'autre, du moment que cela reste respectueux de l'Eglise et d'autrui. Pensez bien à organiser l'office auparavant, afin de ne pas se retrouver sans personne évoquant le concerné...




    6. CREDO
Récitation du Credo par un ami proche ou le conjoint


    7. [b]LE SIGNE D'ADIEU


Juste avant de quitter l'église en direction du cimetière, un léger reccueillement est conseillé, ainsi qu'une courte prière. Vous pouvez prendre ceci comme modèle :


Le prêtre
: "Avant de quitter la chapelle, nous allons dire un dernier adieu à notre frère/soeur < Nom du défunt >

Avec respect et affection, confions-le/la à Dieu dans l'espérance de nous retrouver un jour auprès de Lui
*.


[UN INSTANT DE SILENCE]



Avec tous ceux qui nous ont précédés et qui vivent déjà auprès du Seigneur,

avec l'immense cortège des saints, nous lui souhaitons un bon dernier voyage à son enveloppe charnelle.
"

* : Dans ce cas là, Dieu.



    8. DEPOSITION AU CIMETIERE

Après que le cercueil ait été fermé, le cortège arrive au cimetière, tandis que les présents forment un cercle autour de la tombe.

Prêtre : "Nous allons maintenant confier à la terre le corps de notre frère/soeur dans ce lieu où reposent déjà tant de défunts de nos familles. Le moment est venu de lui dire "à Dieu".
C'est un moment de tristesse, mais il faut que l'espérance reste forte en nous. car nous espérons le/la revoir quand Dieu nous réunira, dans la joie de son Royaume.
Recueillons-nous en pensant à tout ce que nous avons vécu avec < Nom du défunt >, à ce qu'il/elle est pour nous, à ce qu'il/elle est pour Dieu."


Silence pendant la descente du cercueil
Ensuite, le prêtre asperge le cercueil d'eau bénite et dit :

"Cette eau, souvenir de ton baptême,
nous rappelle que Dieu a fait de toi son enfant.
Qu'il te reçoive aujourd'hui dans sa Paix !"


Enfin, chacun passe et jette une poignée de terre dans la tombe, puis chacun s'en va tandis que l'officiant présente ses condoléances à la famille et aux proches.

N'oubliez pas de reverser les dons faits ce jour là si vous profitez d'une messe In Gratibus, ne gardant que le strict minimum pour l'office (Achat du pain et du vin).

III - Exercice

Vous célébrerez les funérailles d'une personne type connue dans son village en respectant le modèle donné. Utilisez quelques images, mais pas trop non plus, afin d'égailler la cérémonie.

_________________

Monseigneur Maximinus
Evêque du Diocèse de Poitiers
Curé de Niort
Vicaire Général de la Province de Bordeaux
Professeur du Séminaire de Bordeaux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leana..

avatar

Nombre de messages : 330
Localisation : Dans son bureau à l'archevêché
Fonction : Archidiacre de Poitiers / Lieutenant d'Etat-major Royal / Juge du BA
Date d'inscription : 03/10/2014

Caractéristiques
Charisme:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Armes: Epée & Bouclier Epée & Bouclier

MessageSujet: Re: 3.d. Les Funérailles    Mar 17 Fév - 3:47

Ce fut un long apprentissage et enfin le dernier devoir arriva. Les funérailles n'étaient point quelques choses de réjouissant mais il se pourrait qu'un jour, elle doit rendre hommage à un enfant de Dieu et devait savoir cela. Elle lu les explication de son professeur mais eu du mal à comprendre comment officier des funérailles. Elle se concentra, puis se lança dans son exercice mais s'adressa avant à son professeur...

Monseigneur, j'ai eu de grande difficulté à comprendre comment était faite une cérémonie d'hommage. Alors je vais essayer de faire selon ce que j'ai compris, je vous prie par avance de m'excuser si j'échoue à cet ultime devoir.

*************************

Cérémonie des funérailles de Samuel Lupan !

C'était un triste sort qui réunissait les membres de la paroisse de la Rochelle en cette matinée brumeuse de février. On allait procéder aux funérailles de Samuel. Les visages étaient graves et celui de Léana n'avait rien de plus gai que celui de ses paroissiens. Elle les accueillait avec quelques mots de réconforts accompagnés parfois de gestes amicaux.

Un groupe de huit personnes, amis très proches du défunt amenèrent le cercueil jusqu'à l'entrée de l'église, c’était triste mais le cercueil était recouvert, afin que tous préserve l’image de Samuel lors de son vivant que la mort avait figé. Une gravure de Samuel avait été posée sur le dessus du cercueil, nous l’offrant avec un sourire, tel que nous le connaissions.




Avant de rentrer dans l'église, sur le parvis, l'officiante se mit à dire

Citation :
Léana : Après tous nos regards qui ont croisé le sien, qu’il puisse enfin voir le tiens seigneur.
Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Léana : Après l’amitié qu’il a reçu et qui a guidé sa vie, accorde lui l’amitié ultime qu’et la tienne Seigneur.
Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Léana : Après les peines et les larmes qui ont obscurci sa vie, illumine sa route pour l’éternité.
Les fidèles : Seigneur ne détourne pas ton regard de notre ami(e).

Léana : Seigneur, nous tournons vers toi nos espoirs à l’heure où disparaît le corps de l’ami qui nous est cher.
Accorde-nous l’espérance de le revoir auprès de Toi pour les siècles des siècles.

Tous : Amen

Léa les invita à entrer avec, à leur suite, la famille et les proches. Elle fit le tour en longeant les murs de l'édifice pour se retrouver près de l'autel. Le cercueil entra dans l'église bercée d’un mélodieux chant que jouait la marraine du défunt sur l’orgue de la paroisse. Elle fit signe aux hommes de déposer le cercueil à l'endroit approprié au milieu des fleurs puis les laissa aller s'asseoir en silence avant de débuter.
Une fois chacun en place pour la cérémonie, Léana voulu que chacun se confesse.


Mes amis, je vous souhaite la bienvenue dans la maison du Très Haut pour accompagner Samuel dans son voyage vers les cieux.
Nous allons débuter par une confession. Il est important, en cet instant particulièrement douloureux, que chacun de nous prenne conscience de la fragilité de son existence terrestre. Nous serons tous jugés et, de nos actes ici bas, dépend notre salut pour l'éternité.




C’est le cœur serré, que Léa devait continuer ce sacrement, le cercueil venait d’être ouvert, la gravure de Samuel déposée devant l’autel, donnait à l'enterrement une autre dimension.

Merci mes enfants. Merci pour vos âmes.
Offrons à notre frère ce qui pourra lui rappeler dans l’au-delà qu’ici bas il à été aimé jusque dans la mort.


Prenant l’un des cierges qui ornait l’autel, elle se pencha autour du cercueil pour en allumé chaque lumière divine et dit …

L’amitié est la lumière du monde, la flamme qui réchauffe notre cœur. Qu’elle éclaire maintenant la route de Samuel et le conduise au Royaume de Dieu.




Se penchant au dessus du cercueil

Samuel, nous déposons cette croix entre tes mains. Elle est le signe qui relie  Aristote et Cristo. Puisse t-elle être pour toi, celui du Salut et de la vie éternelle.

Faisant signe à Marcus d’approcher avec la corbeille, elle prononça

Samuel, nous déposons ces présents à tes côtes. Qu’ils soient le signe indestructible de notre amitié, de nos prières et de notre cœur. Qu’il t’accompagne vers les cieux.

Léa alluma ensuite son encensoir, encensa l'autel et une bonne partie du chœur.




Cet exercice dura d'ailleurs quelques longues minutes, après quoi elle rajouta :

Que l'encens, symbole de l'air qui chasse les mauvaises émanations, purifie et donne bénédiction à cette chapelle.

L'officiante se saisit d'un goupillon, qu'elle trempa dans le bénitier pour asperger le sol du chœur.




Que l'eau symbole de vie purifie et donne bénédiction au défunt.

Puis Léa sortit de sous son aube un petit sac en tissu blanc. Ce dernier contenait un peu de terre, qu'elle répandit sur le sol de la chapelle.




Que la terre, socle fondateur sur lequel repose toute l'architecture de l'édifice de notre Sainte Eglise Aristotélicienne purifie et donne bénédiction à ce corps et à son âme.

Les quatre éléments ayant été liés, l'Éther pouvait achever ce qui avait été commencé...

L'Éther, l'ultime élément, qui vient achever l'alchimie des quatre éléments physiques,
est ce qui nous lie au Très-Haut et à la sphère céleste.
C'est par son action que Samuel est maintenant touchée par la Grâce et donc lavé de tout péché


Elle laissa les éléments faire encore un moment, avant de continuer.

Nous ne t'oublierons pas, Samuel, par notre mémoire, le souvenir que tu nous laisses, je me rappelle encore quand j’étais petite, tu es celui qui m'a accueilli au village, c’était dans la taverne et tu étais là. Tu m’as donné ta confiance de suite sans me connaitre plus que ça.
Et chacun d'entre nous avons des souvenirs plus joyeux les uns que les autres et de bonté que tu donnais à tous sans juger. Tu as toujours aimé notre Seigneur et a été un membre généreux de notre communauté avec ta gentillesse naturelle. Nous prierons pour que tu rejoignes le Soleil avec les vertueux.

Je suis sur que tu vas siéger auprès du Très Haut. Transmet à Notre Eternel, le message de tes frères et sœur, si il y a bien un ambassadeur en ce jour, c'est toi notre ami.

Je vais vous lire maintenant le panégyrique de l’âme, d'après Aristote.


Citation :
De l'âme

Aristote en ces temps, logeait à Athènes et avait installé son quartier général à l’Académie de la bière, une auberge située dans la Plakathon, en plein cœur du quartier égyptien (c’était le cantonnement réservé aux étudiants, aux fêtards et noctambules qu’on surnommait les gypsies)
C’est lors d’une de ces nuits spécialement agitée qu’il fît une découverte qui secoua tout le milieu intellectuel de la citée durant une bonne semaine.
Au milieu des clameurs habituelles dans la chaude moiteur de la taverne, rompant les « c’est à boire, à boire …qu’il nous faut, hips » proférés par un Paulodaure fin pété, son compère Mimilas monté sur une table interpella l’assemblée

Mimilas : «éclaires-nous donc, Maître, sur ce qu’est notre âme »

Alors le sage Aristote s’adressa à ses compagnons en ces termes

Aristote : « Mes amis, il y a deux sortes d’âmes.
Tout être vivant possède une âme que je nommerais anima en ce qu’elle est la puissance qui l’anime, mise en œuvre dans la formation de l’être vers sa forme achevée. Etant le principe d’organisation du corps vivant l’anima est inséparable de celui-ci. »

Mimilas : « on pourrait donc nommer anima, le schéma de fonctionnement de la fourmi rouge ouvrière, par exemple, mais quelle serait l’autre sorte d’âme ?»

Aristote : « en effet (et je te rappelle que la fourmi ouvrière rouge est dite prolétaire), à contrario, l’animus, l’âme pensante, possède un statut privilégié et il semble bien que ce soit là un genre d'âme tout différent, et que seul il puisse être séparé du corps, comme l'éternel du corruptible.»

Mimilas : «alors, étant éternel, l’animus serait donc conçu à la ressemblance de Dieu ? »

Aristote : « exactement, c’est l’anima qui fait que Paulodaure, rentré de son champ de maïs, au lieu de prendre à droite vers son logis, Bobona et les gosses choisit à gauche vers la taverne pour se torcher à la boulasse avec les potes puis peu à peu rongé par l’embonpoint, le remord et la cirrhose donne à Paulodaure cet aspect adipeux, congestionné au seuil de la vieillesse.
Par contre c’est l’animus de Paulodaure qui arrivera pur et intact (car ayant peu servi) aux portes du Paradis dans l’attente de son introduction …et là, devant cette chose informe qui possédait son accomplissement en puissance, mais qui, laissée en friche est à classer sur la même étagère que le bulbe de la mouette rieuse, qu’adviendra-il ?"

Alors un grand silence se fît, qui contamina le dernier étage de l’Académie (là ou les chambrées d’ordinaire, vibraient) interrompant tous les coïts puis l’air devint électrique.
L’animus de chacun eût droit à sa minute de réflexion, songeant à son salut.
Mimilas se gratta la tête puis il dit consterné "je crains bien que le saint videur ne lui refuse l'entrée !"

Puis laissant méditer l'assemblé, elle le regarda une fois encore dans ses yeux un au revoir, dans les siens de la paix de la sérénité.

Si vous voulez dire quelques mots, je vous en prie venez, nous en serions heureux.

Beaucoup de fidèles venaient dire un dernier mot à Samuel c'est vrai il était populaire ici, mais il y avait de quoi.

Avant de quitter la maison de Dieu, recueillons nous quelques instant pour lui dire au revoir, mais aussi combien nous l'aimons, et confions le a Notre Seigneur bien aimé.

Souvenons nous que la mort est la continuité de la vie, après notre trépas notre corps change à l'image de notre âme et les plus vertueux vivrons dans un monde de beauté et de douceur, au Paradis avec Aristote et Christo. Les autres se verront affublés de corps difformes et hideux, ils marcheront ou ramperont aux côtés des princes-démons sur la Lune.

Nous ne sommes que des êtres humains entend-t-on souvent, mais nous sommes pourtant les enfants de Dieu. Il nous faut œuvrer pour son amour, lui rendre ce qu'il nous a donné tout au long de notre vie. Nos péchés nous serons pardonnés si nous les confessons et si nous savons garder la mesure de nos actes. La confession est une partie capitale de nos vies religieuses et je vous invite à me solliciter dès que vous en ressentirez le besoin, comme le faisait Samuel

Il a toujours été un paroissien actif et aimé de la plupart d'entre nous. Sous sa responsabilité, notre ville à prospérer sans enrichir les riches aux détriments des plus pauvres. Honorons à jamais sa mémoire, qu'il continue de vivre dans nos cœurs, je souhaite que la générosité de ses actions serve d'exemple à nos jeunes paroissiens qui cherchent leur voie au sein de notre petit groupe.


Après un moment de recueillement.

Nous te le confions Seigneur avec tous ceux qui nous ont précédés et qui vivent déjà auprès de toi, avec l'immense cortège des saints, nous souhaitons un bon dernier voyage à son enveloppe charnelle, que la terre gardera parmi nous, laissant ainsi l'exemple de sa vie parmi nous.

Puis le couvercle se referma, les porteurs se mirent en marche vers le cimetière, avec Samuel ainsi emmener, comme un enfant qu'on emmène pour son premier jour dans la vie, dans des bras bienveillant.

Nous allons maintenant confier à la terre le corps de notre frère Samuel Lupan dans ce lieu où reposent déjà tant de défunts de nos familles. Le moment est venu de lui dire "à Dieu".
Cela doit être un moment de joie aussi dur que cela puisse vous paraître, il n'aurait pas aimé la tristesse. Il part pour le paradis et nous espérons le revoir quand Dieu nous réunira, dans la joie de son Royaume.
Recueillons-nous en pensant à tout ce que nous avons vécu avec Samuel Lupan, à ce qu'il est pour nous, à ce qu'il est pour Dieu, et promettons de prendre soin de ceux qui nous laisse, son fils Arnaud et sa femme Angelina.


Le cercueil descend dans le silence, le moment semble infiniment long, la tristesse apparaît sur les visages, nous commençons à réaliser.


Citation :
"Cette eau, souvenir de ton baptême,
nous rappelle que Dieu a fait de toi son enfant.
Qu'il te reçoive aujourd'hui dans sa Paix !"

Chacun prends une poignée de terre et le lance sur le cercueil, ce qui fait un bruit lugubre, sa femme passe avec dans sa main son fils et l’officiante la prends dans ses bras, les prends dans ses bras.

Si vous avez besoin de quoi que ce soit nous somme là vous pouvez compter sur nous.

La diaconesse fit un baiser au petit, puis les gens continuèrent ce ballet en laissant de la terre.
Puis chacun parti, en disant un mot avant Samuel et à Angelina.


*************************

Se fut un devoir émouvant, bien que pas réel en soit, elle fut ému par cet exercice et soufflant doucement, elle leva les yeux vers Maximinus, le regard empli d'émotion puis lui posa une question concernant le devoir.

Monseigneur, quand vous m'avez expliquer ce dernier devoir, je n'ai pas compris à qui devait être reversé les dons qui serait effectué par les paroissiens?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domainedeleana.forumactif.org/forum
Maximinus
Evêque de Poitiers
Evêque de Poitiers
avatar

Nombre de messages : 2139
Age : 34
Localisation : Niort
Fonction : Evêque de Poitiers, Vicaire Général de Bordeaux
Date d'inscription : 17/01/2011

Caractéristiques
Charisme:
255/255  (255/255)
Force:
255/255  (255/255)
Armes: Aucune arme

MessageSujet: Re: 3.d. Les Funérailles    Lun 23 Fév - 9:01

1. ARRIVEE A L'EGLISE
=> Ok

2. LES QUATRE SIGNES
=> Lumière Ok
=> Foi Ok
=> Amis Ok
=> Mémoire Ok


Par contre, que viennent faire les 4 éléments en cette cérémonie?


3. CONFESSION
=> Ok mais vous devez la faire après les 4 signes!


4. LECTURE
=> Mouai... Par contre, vous avez fait une bonne homélie.


5. INTERVENTION DE CEUX LE DESIRANT
=> Inexistant? Il faut pensez à demander aux fidèles d'intervneir, dire un mot, un dernier hommage de la part des proches, des amis...


6. CREDO
=> Inexistant?


7. LE SIGNE D'ADIEU
=> Ok...


8. DEPOSITION AU CIMETIERE
=> Vous avez oublié de préciser que le cercueil est conduit au dehors en direction du cimetière. Fin pas trop mal.





Bon, quelques oublis mais il faut admettre que les funérailles sont la cérémonie la plus compliquée à mon goût, et la plus rare pour laquelle nous officions. Je ne vous en tiendrais donc pas rigueur.


Vous avez réalisé un beau parcours durant ce séminaire, et je ne doute pas que vous ferez une excellente Diaconesse!
Je vais préparez votre appréciation pour le doyen et revient au plus vite pour vous donner votre diplôme en accord avec l'ensemble du corps professoral.



_________________

Monseigneur Maximinus
Evêque du Diocèse de Poitiers
Curé de Niort
Vicaire Général de la Province de Bordeaux
Professeur du Séminaire de Bordeaux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 3.d. Les Funérailles    

Revenir en haut Aller en bas
 
3.d. Les Funérailles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Funérailles de Freyelda et Carnil
» Registre des funérailles à Poitiers
» Des funérailles de Juliette d'Harles
» Registre des Funérailles
» Petit guide du catéchumène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archevêché Métropolitain de Bordeaux :: cellule de Leana..-
Sauter vers: