Gestion de la Province et des diocèses de la Province de Bordeaux, dans le jeu en ligne Les Royaumes Renaissants.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vous souhaitez rencontrer l'archevêque ? C'est Ici [HRP]Forum officiel secondaire[/HRP]
Vous voulez savoir qui s'occupe de votre paroisse ? C'est Ici
Si vous avez des soucis avec la barre d'ascenseur lors de la création/édition/citation d'un post, passez sous firefox; le soucis vient d'IE.

Partagez | 
 

 Messe de bienvenue, Psy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
psych0

avatar

Nombre de messages : 36
Age : 29
Date d'inscription : 18/09/2008

Caractéristiques
Charisme:
151/255  (151/255)
Force:
157/255  (157/255)
Armes: Aucune arme

MessageSujet: Messe de bienvenue, Psy   Lun 11 Mai - 19:04

Psy n'eut besoin de sonner les cloches pour appeler les Fidèles a se rassembler pour la premiere fois depuis bien longtemps en leur église.

Psy s'installa donc derriere l'autel

Mes Enfants, mes Amis, mes Frères!!!!!!!

C'est un grand honneur, et une grande joie, que je me retrouve derrière cette autel, afin de célébrer cette première Messe.

Je profiterai de la présence de Monseigneur Odoacre, afin de présenter, son dernier Traité.


Citation :
Traité de Théologie Pratique de Monseigneur Odoacre de Corinthe présentant des Exercices Spirituels pour Rencontrer Dieu et faire disparaître la Pauvreté Spirituelle et Matérielle


Mes filles et mes fils,

Il est certains enseignements du Livre des Vertus qui restent par trop méconnus, qui ne font l'objet de peu d'études et encore moins d'un véritable enseignement.
Or il est certaines Vérités du Livre des Vertus qui, si on leur applique la Science Logique, science sacrée transmises aux hommes par le théurge Aristote, aboutit à certains principes qui paraitront nouveaux à beaucoup, et même choquants à certains, mais qui n'en demeurent pas moins Vérités Divines.
Aussi je rappellerai l'Autorité des Ecritures, et que quiconque s'oppose à ce traité, s'oppose automatiquement aux paroles d'Aristote, au Livre des Vertus, à la Vérité Absolue.
Ces Vérités que je dévoile sont la conséquences directes de deux passages du dogme, qui sont le chapitre de l'Eclipse sur la Résurrection et le texte d'Aristote intitulé "Panégyrique I - De l'Ame".


Selon le Livre des Vertus, l'être humain qui meurt peut ressusciter s'il en fait le choix. La mort n'est donc jamais une fatalité et le seul désagrément de la mort est potentiellement de subir certaines souffrances difficiles à supporter.

Le passage de l'Eclipse indique même que le phénomène mort/résurrection se traduit par la rencontre directe entre l'être humain décédé et Dieu, rencontre à l'issue de laquelle l'être humain choisit d'être jugé ou de ressuciter.

La science logique offertes aux hommes par Aristote veut que toute rencontre avec Dieu soit forcément bénéfique pour l'âme : on ne peut régresser au contact de Dieu, on ne peut que se perfectionner.

Donc, c'est une bonne chose de mourir et de ressusciter car cela provoque un contact direct avec Dieu, donc un perfectionnement de l'âme, celle-ci devient plus apte à suivre le chemin des vertus prônées par l'Eglise.

Or, les Aristotéliciens ont non seulement le devoir de progresser dans les Vertus, mais également d'aider leurs sœurs et frères Aristotéliciens et même les non baptisés à suivre ce chemin, et à se perfectionner.

Il est par conséquent tout à fait recommandé de mourir et de ressusciter, et d'aider son prochain à mourir et à ressusciter.

Et si une femme ou un homme se détourne des vertus, ou les ignore, il convient naturellement de l'aider par l'enseignement et l'amour ; le meilleur enseignement étant celui de l'expérience et la plus grande preuve d'amour celle-ci qui conduit son prochain à rencontrer Dieu, il convient de mettre à mort par un véritable amour aristotélicien celles et ceux qui doivent se parfaire.

Les modalités d'application de cet enseignement du Livre des Vertus sont multiples, mais il est à rappeler que les religieux ne peuvent porter les armes et que la douceur et l'amour nous enseignent de donner la mort en s'efforçant au maximum d'éviter de causer des souffrances physiques superflues.

Favoriser ainsi la rencontre avec Dieu dans l'objectif de devenir plus vertueux ou de rendre une personne plus vertueuse est un acte solennel, et il est conseiller de le ritualisé sous la forme d'un sacrifice public et esthétique, afin que l'enseignement profite indirectement au sacrifié, au sacrificateur et aux spectateurs.


Dans le Panégyrique, Aristote tient un discours sur la nature de l'âme, de l'être humain et des animaux.

Je citerai ce passage dans son entier pour une meilleure compréhension :

[Aristote] Panégyrique I - De l'Ame a écrit:
Aristote en ces temps, logeait à Athènes et avait installé son quartier général à l’Académie de la bière, une auberge située dans la Plakathon, en plein cœur du quartier égyptien (ç’était le cantonnement réservé aux étudiants, aux fêtards et noctambules qu’on surnommait les gypsies)
C’est lors d’une de ces nuits spécialement agitée qu’il fît une découverte qui secoua tout le milieu intellectuel de la citée durant une bonne semaine.
Au milieu des clameurs habituelles dans la chaude moiteur de la taverne, rompant les « c’est à boire, à boire …qu’il nous faut, hips » proférés par un Paulodaure fin pété, son compère Mimilas monté sur une table interpella l’assemblée

Mimilas : «éclaires-nous donc, Maître, sur ce qu’est notre âme »

Alors le sage Aristote s’adressa à ses compagnons en ces termes

Aristote : « Mes amis, il y a deux sortes d’âmes.
Tout être vivant possède une âme que je nommerais anima en ce qu’elle est la puissance qui l’anime, mise en œuvre dans la formation de l’être vers sa forme achevée. Etant le principe d’organisation du corps vivant l’anima est inséparable de celui-ci. »

Mimilas : « on pourrait donc nommé anima, le schéma de fonctionnement de la fourmi rouge ouvrière, par exemple, mais quelle serait l’autre sorte d’âme ?»

Aristote : « en effet (et je te rappelle que la fourmi ouvrière rouge est dite prolétaire), à contrario, l’animus, l’âme pensante, possède un statut privilégié et il semble bien que ce soit là un genre d'âme tout différent, et que seul il puisse être séparé du corps, comme l'éternel du corruptible.»

Mimilas : «alors, étant éternel, l’animus serait donc conçu à la ressemblance de Dieu ? »

Aristote : « exactement, c’est l’anima qui fait que Paulodaure, rentré de son champ de maïs, au lieu de prendre à droite vers son logis, Bobona et les gosses choisit à gauche vers la taverne pour se torcher à la boulasse avec les potes puis peu à peu rongé par l’embonpoint, le remord et la cirrhose donne à Paulodaure cet aspect adipeux, congestionné au seuil de la vieillesse.
Par contre ç’est l’animus de Paulodaure qui arrivera pur et intact (car ayant peu servi) aux portes du Paradis dans l’attente de son introduction …et là, devant cette chose informe qui possédait son accomplissement en puissance, mais qui, laissée en friche est à classer sur la même étagère que le bulbe de la mouette rieuse, qu’adviendra-il ?"

Alors un grand silence se fît, qui contamina le dernier étage de l’Académie (là ou les chambrées d’ordinaire, vibraient) interrompant tous les coïts puis l’air devint électrique.
l’animus de chacun eût droit à sa minute de reflexion, songeant à son salut.
Mimilas se gratta la tête puis il dit consterné "je craint bien que le saint videur ne lui refuse l'entrée !"

Très explicitement, Aristote révèle que lorsqu'un être humain meurt, son âme humaine quitte son corps, et ce corps est alors d'une nature identique à celle d'un corps animal.

En outre, il est également admis comme une vérité intangible que le phénomène résurrectionnel peut procurer un corps apparaissant comme nouveau, puisque bien des soldats ayant péri de manière horrible lors de bataille ressuscitent peu après et possèdent alors tous leurs membres.

Ainsi, la disparition de tout ou partie d'un cadavre humain, non seulement n'handicape en rien le phénomène résurrectionnel, mais encore est tout à fait identiquement par nature à de la chair animale.

Il est par conséquent tout à fait permis de consommer la chair humaine.

Cela est même vivement conseillé dans la mesure où la chair humaine est l'aliment le plus noble de la Création, et permet aux sacrifices de générer des bénéfices non seulement spirituels mais également matériels : c'est un acte d'une grande charité que d'accepter d'être sacrifier pour rencontrer Dieu tout en nourrissant les plus pauvres dont les revenus ne leur permettent pas d'acheter de la viande, qui est une denrée toujours beaucoup plus chère que le pain.


Ainsi, sacrifices humains et consommation de chair humaine se marient admirablement au Livre des Vertus, procurent des améliorations spirituelles majeures, mais aussi économiques et sociales.

Leur mise en œuvre est toujours plus riche d'enseignement si elle est ritualisée, et il est possible d'organiser - en sus des banquets solennels et des sacrifices rituels - des Chasses Sacrées de non baptisés pour permettre à ces derniers de rencontrer Dieu et pour nourrir spirituellement et matériellement la communauté des plus pauvres, et même toute la communauté lorsque les quantités le permettent. Dans le cas de telles chasses, même si cela ne doit pas être érigé en règle, nous préconisons la capture des femmes et des hommes à aider, afin de leur faire rencontrer Dieu à l'issue de belles cérémonies sacrificielles débouchant sur des banquets solennels de leurs chairs.



Tel est l'enseignement du Livre des Vertus, telle est la Vérité que l'Eglise fait rayonner sur la terre, car si la Lumière me guide, Je vous guide.

Odoacre de Corinthe, théologien et évêque de Périgueux




Puis Psy posa ce traité sur l'Autel et dit.

Ce traité, écrit par notre cher Evêque, nous dit quoi? *petite pause puis repris* Il nous parle de la Vérité, la Vraie Vérité. Il nous indique donc, que l'âme quitte le corps après la "mort" d'un individu.

Tout naturellement, le corps se détruit doucement, alors que l'âme elle prends une nouvelle forme physique.


Puis se tournant vers Monseigneur Odoacre.

Monseigneur, pouvez vous, nous dire un mot sur votre traité?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Messe de bienvenue, Psy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Messe de bienvenue, Psy
» Messe d'adieu à notre frère Anatol
» Bienvenue à CONDOR
» Messe d'adieu à notre soeur Audra.
» Bienvenue a Zombieland!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archevêché Métropolitain de Bordeaux :: Diocèse de Périgueux :: Paroisses du diocèse (Bergerac - Castillon - Périgueux - Sarlat) :: Paroisse de Sarlat-
Sauter vers: